Le sliding-stop

Le sliding-stop

 
S'il est une figure impressionnante en équitation western, c'est bien le sliding-stop. Cet arrêt spectaculaire, qui trouve son origine dans le travail du bétail, exige beaucoup d'efforts de la part du cheval et du cavalier. Mais quelle récompense !

Stopper : une sensation inoubliable

Monter un cheval de reining est une expérience inoubliable. Sa puissance vous donne la sensation d'être monté sur un bloc de muscles. Pourtant, vous n'avez presque rien dans les mains ni dans les jambes.
Au travail
Le sliding-stop ne fait que reproduire un geste naturel chez le cheval. Un cheval correctement musclé et bien dressé se prêtera volontiers à cet exercice.
  1. Déterminez à l'avance l'endroit où vous voulez stopper. Fixez ce point. Mettez votre cheval dans un petit galop souple et rythmé, bien cadencé. Le cheval doit se mettre en équilibre de lui-même, puis monter en puissance, prenant de la vitesse à chaque foulée grâce à l'engagement de plus en plus fort de l'arrière-main. L'avant-main est légèrement relevée, le poids se reportant à l'arrière.
  2. Le cheval ne présente aucune défense, il est totalement sous votre contrôle. Vous devez arriver à l'endroit choisi pour le stop à la vitesse la plus grande possible. Relâchez alors très légèrement les rênes. Dites « Wôa » en vous enfonçant dans la selle et relevez imperceptiblement les mains sans pour autant créer de tension. Tout ceci se passe en quelques fractions de seconde.
  3. Le cheval rentre l'arrière-main sous lui, semblant presque s'asseoir. Son dos est rond, son port de tête naturel. Emmené par son élan, il glisse sur ses postérieurs, sans accrocher, traçant sur le sol deux lignes parfaitement parallèles, pendant que les antérieurs semblent trotter. Lorsqu'il a fini de glisser, le cheval se rassemble et attend l'ordre suivant.

Stopper : les bonnes conditions

Le sol
La qualité du sol intervient pour une bonne part dans la longueur de la glissade. Mais celle-ci ne compte pas vraiment dans l'appréciation de la manœuvre. Certes, face au bétail, le cheval qui glisse trop dépasserait le veau, ce qui n'est pas le but recherché. Une glissade de 6 ou 7 mètres est une performance très correcte. Mais on laissera glisser tant qu'il le souhaite un cheval qui ne fait que du reining, puisqu'il n'y a pas de petit veau qui en profiterait pour se sauver ! Un bon stoppeur doit être capable de glisser sur n'importe quel terrain, dur ou profond. Il suffit qu'il soit bien conformé et qu'il sache travailler avec son rein. Dans un terrain lourd, une action de mains un peu plus prononcée peut être nécessaire.
Le ferrage
Un cheval de reining porte aux postérieurs des fers très particuliers. Pour lui permettre de glisser, ceux-ci sont totalement lisses. Les têtes des clous sont dans le fer. Pour le protéger et le soutenir, ils dépassent de quelques centimètres en éponges. Ferré de la sorte, le cheval doit porter des protections sérieuses et rester sur un terrain ne présentant pas de danger. Dehors, il pourrait se blesser gravement

Apprendre à stopper au poulain

Assurez-vous avant tout que la conformation de votre poulain est adéquate. Il doit être débourré et suffisamment avancé en dressage. Vous devez pouvoir régler son allure et sa vitesse avec des actions de rênes très légères. Il a compris que « Wôa » voulait dire « stop ». La façon dont il recule sera un excellent indicateur quant à son potentiel de stoppeur. Un poulain qui recule correctement sait engager ses postérieurs, arrondir son rein, transférer son poids vers l'arrière. Il doit être souple et rapide dans cette manœuvre.
Premiers essais
Pour lui enseigner le stop, lancez le cheval dans un galop cadencé, puis accélérez-le légèrement. Choisissez un point sur une ligne droite. Puis, simultanément, dites « Wôa », enfoncez-vous dans la selle, levez les mains pour transférer le poids vers l'arrière. Le poulain s'arrêtera en engageant ses postérieurs et en arrondissant son rein. En récompense, relâchez immédiatement les rênes. A ce stade, vous n'attendez pas encore qu'il glisse.
Par plaisir
Attention ! Pour bien stopper, un cheval doit aimer ça Si les stops sont associés à une sensation douloureuse, le poulain apprendra vite à fuir en avant. Il faut donc soigneusement éviter de tirer sur la bouche et bien s'assurer qu'il sait arrondir son dos Un cheval qui s'arrête en creusant le dos, soit parce que le cavalier « tire », soit parce qu'il ne sait pas ou ne peut pas se placer correctement souffre du dos Très vite, il refusera les arrêts
Bon à savoir
Les cow-boys ont besoin de chevaux capables de s'arrêter net en même temps qu'une vache qui en fait autant, et de repartir aussi vite que possible, sans se blesser. Les chevaux portant une charge, le stop est la seule façon de faire cela correctement. Savoir stopper est donc très important pour les chevaux destinés ou travail du bétail. Le stop en épreuve de reining est une démonstration de cette qualité.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site