Comment faire son choix

Une fois qu'on est fixé sur l'usage qu'on fera du cheval, voici les points à prendre en considération :

Race

On trouve en Amérique du Nord pas moins d'une vingtaine de races de chevaux. Ces races offrent le choix entre une variété de formats, de formes, de couleurs, de tempéraments, de conformations, d'habiletés et de degrés de maniabilité. Certains sont des «spécialistes» qui excellent dans des activités bien pointues, tandis que d'autres sont des «généralistes» qui s'adaptent à de nombreuses tâches sans toutefois se démarquer dans aucune en particulier. Il n'existe aucun cheval qui puisse exceller dans tous les domaines à la fois.

Si l'on recherche un cheval de parade, la couleur et le port du cheval revêtiront une grande importance, mais ces critères sont peu importants pour un cheval de ranch. Si l'on recherche un cheval rapide, il faut obligatoirement se tourner vers des races bien précises. Si l'on recherche une allure en particulier, certaines races seront carrément à éliminer.

Bien qu'il puisse y avoir des exceptions, il est peu indiqué de choisir un cheval qu'on destine à une activité donnée si cette activité ne correspond aucunement aux caractéristiques de sa race. En général, les quarter horses ont un instinct pour la conduite des troupeaux, mais cela ne signifie pas qu'un pur-sang ne puisse accomplir les mêmes tâches. L'idéal est d'observer un grand nombre de chevaux d'une race qui excelle dans l'exécution des tâches envisagées et d'en choisir un parmi eux.

Il est bon d'observer plusieurs chevaux du type choisi avant de faire son choix.

Avec le vieillissement de la population et les baby boomers qui manifestent un nouvel engouement pour l'équitation ou qui y reviennent, la demande pour des chevaux «dociles» augmente. Les chevaux à allure cadencée sont préférables dans ces situations, puisque leur pas et leur trot sont beaucoup plus doux. Les chevaux issus de croisements allient parfois la rapidité et la douceur du pas d'une race avec la souplesse d'une autre, ce qui en fait de bons chevaux pour les longues randonnées.

Conformation

La conformation s'entend de la structure et de l'équilibre anatomique du cheval. Une «bonne» conformation augmente les probabilités que le cheval puisse remplir les fonctions caractéristiques de sa race pendant une période prolongée sans présenter de problèmes de santé, mais cela ne constitue pas une garantie. Un «vice» de conformation peut nuire à certaines activités et prédisposer le cheval à des problèmes de santé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré des différences de gabarit entre les races, les chevaux pouvant faire entre 90 et 900 kilos (200 et 2000 livres), certaines caractéristiques d'une bonne conformation sont communes à tous les chevaux. Il existe néanmoins des différences entre les races. Les associations de race publient des normes propres à la race qu'elles représentent, normes qu'il faut connaître avant de choisir un cheval d'une race donnée. Les caractéristiques qui font un bon cheval d'équitation diffèrent de celles qui font un bon cheval d'attelage ou un bon cheval de trait. Le novice devrait consulter quelqu'un qui s'y connaît pour juger de la conformation du cheval.

Une fois qu'on a trouvé un cheval qui répond à ses besoins, il reste à s'assurer qu'il est exempt de défauts qui pourraient nuire à ses activités futures et le déprécier. Il est bon de faire évaluer le sujet choisi par une personne compétente qui se prononce en toute indépendance. Les vétérinaires constituent une ressource précieuse pour faire un examen préalable à l'achat. Ils vérifieront tous les systèmes et appareils de l'organisme, commanderont au besoin des analyses de laboratoire, feront des radiographies des pattes et des pieds et un examen endoscopique des poumons pour évaluer la santé du cheval. L'envergure de l'examen sera dictée par la valeur de l'animal et l'importance que l'acheteur éventuel accordera à l'absence de défauts de nature à compromettre la carrière athlétique du cheval. Ce type d'examen médical n'est pas une épreuve que le cheval réussit ou échoue. Le vétérinaire dressera plutôt les forces et les faiblesses du cheval pour aider l'acheteur à prendre une décision éclairée.

Cet examen portera aussi sur la condition des pattes et des pieds au pas et au trot. Un animal qui éprouve une douleur à un membre antérieur incline la tête chaque fois qu'il s'appuie sur le membre sain. Si un membre postérieur est endolori, on remarquera que la croupe s'abaisse quand le cheval déplace son poids du membre postérieur endolori au membre sain. On peut aussi soupçonner une douleur à un membre antérieur quand un cheval en position debout et stationnaire se tient un pied pointé, c.-à-d. plus avancé que l'autre, de manière à alléger le poids sur l'épaule, la patte ou le pied douloureux. Les vétérinaires utilisent souvent une pince exploratrice pour localiser une douleur dans le pied du cheval. La figure 3 indique les parties de l'anatomie du cheval qui sont le plus susceptibles de présenter des problèmes.

Figure 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Âge et format

Les enfants devraient apprendre à monter à cheval avec une monture fiable et bien dressée. On leur réserve en général un bon vieux cheval prévisible plutôt qu'un cheval qui compte moins de un an de dressage. Les chevaux bien dressés d'au moins cinq ans font de bonnes montures pour les débutants.

Les chevaux beaucoup plus vieux font très bien l'affaire s'ils sont en bonne santé. Bien des gens font l'erreur d'acheter un jeune cheval non dressé ou qui l'est depuis peu, ou encore un cheval nerveux pour un enfant qui ne sait pas comment le maîtriser. Un cheval effrayé et un enfant qui a peur forment une bien mauvaise combinaison qui risque de se révéler désastreuse.

Prendre en considération la taille du cheval et celle du cavalier. Quelle que soit la taille du cheval, un enfant de petite taille aura toujours du mal à seller et à monter un cheval. Les poneys aussi peuvent donner du fil à retordre aux enfants du fait de leur nature plutôt indépendante. Ne jamais demander à un cheval de petit format de porter un cavalier et de l'équipement trop lourds pour lui. Pour les longues randonnées, on considère qu'un cheval ne devrait pas avoir à porter plus de 20 % de son poids corporel.

Aussi attachants que soient les poulains, il vaut habituellement mieux pour
les débutants de commencer avec un cheval bien dressé.

Certains acheteurs dédaignent les chevaux qu'ils jugent trop vieux. Pourtant, malgré certains problèmes de santé, bon nombre de chevaux de 15 à 30 ans sont des montures idéales pour les cavaliers débutants. Ce qu'il faut, c'est déterminer l'importance du travail qui sera demandé au cheval et d'évaluer si ce dernier est à même d'effectuer ce travail sans dépasser ses limites et sans compromettre la sécurité du cavalier.

Tempérament et vices

À l'instar des humains, certains chevaux peuvent avoir un tempérament nerveux. De tels chevaux devraient être confiés uniquement à des cavaliers expérimentés. On classe les races selon que les chevaux sont de «sang brûlant» (pur-sang anglais ou arabes), de «sang froid» (chevaux de trait de races Percheron, Clydesdale, Belge), ou de «sang chaud» (combinaison des deux catégories qui précèdent). Indépendamment de sa race, un cheval peut être plus fougueux qu'un autre de par son tempérament. Un cheval docile est la monture idéale pour un cavalier débutant. Il y a des activités qui peuvent aiguiser la nervosité de certains chevaux. Les épreuves chronométrées sont stressantes pour la plupart des chevaux au point de rendre certains d'entre eux difficiles à maîtriser. Ainsi, le rythme cardiaque d'un cheval Standardbred harnaché qu'on laisserait debout en bordure d'une piste peut atteindre 120 battements à la minute, alors que le rythme normal au repos est de 40 à 60 battements à la minute.

Certains cavaliers préfèrent un cheval plutôt calme. Ils se renseignent d'ailleurs souvent sur la meilleure alimentation à donner à leur cheval pour ne pas encourager leur caractère nerveux à se manifester. Des rations riches en céréales peuvent en effet rendre les chevaux plus nerveux. La sous-alimentation n'est pas une façon de modérer les ardeurs d'un cheval. Les experts en nutrition peuvent équilibrer la ration de manière à répondre aux besoins du cheval en tenant compte de sa physiologie et de l'exercice qu'il fait. Un bon moyen de calmer les chevaux est de leur faire faire de l'exercice régulièrement.

Il arrive que les chevaux développent des comportements inacceptables, des vices, qui peuvent les rendre dangereux. Éviter d'acheter un cheval qui présente des vices comme ruer, se sauver ou reculer.

Modes

On remarque des modes dans l'industrie du cheval comme dans la plupart des industries. Il n'est pas rare qu'un cheval au goût du jour commande un prix élevé alors qu'en réalité, son utilité peut être grandement compromise par un défaut de conformation ou un mauvais dressage. Ces modes peuvent stimuler la demande pour une race rare ou certaines caractéristiques génétiques d'une race en particulier (pur-sang arabe d'origine égyptienne) ou encore pour un ton de robe particulier (Palomino). Bon nombre de ces animaux sont utilisés pour la reproduction sans qu'aucune évaluation ne soit faite de leur potentiel reproducteur en fonction de critères génétiques mesurables comme la vitesse ou la performance.

Certaines personnes achètent un cheval pour sa couleur et apprennent par la suite que le cheval qu'ils ont acheté ne possède pas les caractéristiques individuelles et n'appartient pas à la bonne race pour faire ce qu'on attend de lui. Une bonne conformation est possible quelle que soit la couleur; la conformation est en fait le principal point à considérer et ce, indépendamment de l'usage auquel le cheval est destiné. Un bon cheval n'est jamais de la mauvaise couleur.

Pedigree

De manière générale, le pedigree importe davantage quand il est question de chevaux de course et de chevaux d'exposition que d'autres types de chevaux. Le fait qu'un ancêtre lointain ait été un champion a très peu de chances d'avoir exercé une influence sur les caractéristiques d'un animal donné. Il est plus important de s'en tenir à la performance des parents proches (père, grand-père, mère, grand-mère). Le pedigree exerce alors une grande influence, pourvu que l'on ait tenu compte de tous les autres critères de sélection, tels que la conformation, le dressage et l'alimentation.

Si un étalon produit constamment une bonne progéniture, sa semence vaut davantage que celle d'un étalon qui occasionnellement produit un cheval exceptionnel parmi une nombreuse progéniture ordinaire. Garder à l'esprit que la jument joue aussi pour beaucoup dans l'équation. Seules les juments ayant démontré leur aptitude dans leur discipline respective doivent servir à la reproduction. Le tempérament de la jument influence aussi beaucoup celui du poulain, aussi bien par la génétique que par le comportement acquis.

Prix

Le prix est le dernier point à considérer, et non le moindre. Le prix payé au départ pour un cheval représente relativement peu par comparaison aux coûts engagés pour le dresser et le nourrir pendant plusieurs années. Il peut être difficile de trouver à prix abordable des chevaux qui soient bien dressés. Il n'est pas toujours judicieux à long terme d'acheter un cheval non dressé parce qu'il coûte moins cher.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site